Et si les associations n'existaient pas ?

Publié le par AANE

                Qu'elles soient culturelles, sportives, éducatives, caritatives, etc., toutes n'on qu'un but: animer avec conviction, dans un esprit de désintéressement financier personnel, les villes et les villages de France. Qu'elle que soit leur importance, de quelques adhérents à des milliers, leur utilité n'est pas à démontrer. Que seraient nos villages sans les comités des fêtes qui organisent justement des festivités au sein de leurs communes ? Que seraient les associations sportives qui permettent à un plus grand nombre de pratiquer un sport pour leur plus grand plaisir et celui des spectateurs ? Nous pourrions multiplier les exemples, chaque association ayant sa spécificité propre. Et que serait devenue la nature, NOTRE nature, sans les associations de défense et de découverte de ce bien qui nous apparaît enfin de plus en plus précieux et duquel nous n'aurions jamais du détourner les yeux?

Car ce sont bien elles les associations qui ont amorcé et défendu la protection de l'environnement. Sans elles, et sans les millions de bénévoles qui les animent, c'eut été une belle pagaille si tout un chacun avait continué sans scrupule à jeter "aux orties" tous les déchets de notre société de consommation.

Leur utilité n'est plus à démontrer. Encore faut-il que des passionnés donnent de leur temps, de leur conviction et un peu de leur argent, pour que vivent ces associations.

Encore faut-il que tout passionnés qu'ils sont, ils aient une écoute des pouvoirs publics et qu'ils soient épaulés par d'autres motivés. Seul, un dirigeant d'association a peu de chance d'être entendu. L'union fait la force c'est bien connu. Et en la matière c'est encore plus évident.

Alors, les dirigeants et tous les acteurs de ces dites associations, avec leur foi et leur motivation, ont droit à la reconnaissance et à  la gratitude de tous. Car leur disponibilité et leur crédo sont parfois mis à rude épreuve. Pourtant, ils ne ménagent guère leur peine pour que leur "assos marche"! Que d'heures passées sur le terrain, au téléphone ou devant l'écran de leur ordinateur, outil aujourd'hui devenu incontournable. Que de temps emprunté à leur temps de loisir ou familial, quand il n'empiète pas sur leur temps de travail !

Mais quel ravissement lorsqu'au final apparaît le succès d'une fête, la satisfaction des participants ou tout simplement la joie d'avoir réussi quelque chose pour soi, et qui profite aussi aux autres !

Et quelle peine lorsque certains font preuve d'ingratitude envers ces bénévoles qui mettent toute leur bonne volonté au service d'une conviction et qui en retour reçoivent des reproches ! Cela fait sans doute partie du difficile prix à payer dans l’impitoyable monde associatif.

Quoiqu'il en soit, notre petite structure forte de ses quelques 50 adhérents ne doit pas baisser les bras. Elle aussi concourt à son niveau à la cohésion des tissus sociaux humains. Elle aussi a son utilité et sa raison d'être.

Ne l'oublions pas lorsque nous nous retrouverons au sein de nos animations ou de nos réunions préparatoires. Chacun a droit à son petit coin de paradis, et surtout a son mot en toute démocratie, et à partager avec bonheur, ses tâches et ses joies.

Espérant vous retrouver bientôt sur les chemins verts de notre belle nature.

 

Claude RICHON

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article